Vous avez envie voyager en Arizona et plus largement dans l’ouest américain pour vous refaire une santé psychique et spirituelle ? Alors ne manquez pas de faire escale le temps d’une nuit ou plus dans la petite ville de Sedona. Situé dans l’état de l’Arizona à mi-chemin entre Phoenix et le Grand Canyon, cette petite ville de moins de 15 000 habitants est, depuis les années 1980, réputée pour être une des capitales de la culture New Age. Petit point rapide sur ce courant spirituel, apparu peu après les années 60, une période qui a vu naître de nombreuses contre-cultures dans un contexte historique difficile (guerre du Vietnam, racisme, …). Construite à partir d’une mosaïque de multiples croyances (hindouisme et bouddhisme principalement), cette philosophie a pour objectif de « se transformer soi-même pour transformer le monde ». Pour se faire, un retour à la nature et aux valeurs de liberté et de fraternité est associé à l’éveil d’une nouvelle conscience de soi et de son corps (notamment par le biais de la méditation).

Vous retrouvez des traces de ce mouvement un peu partout dans la ville, aussi bien dans certaines habitations (très originales parfois), que dans les restaurants et les nombreuses boutiques New Age où l’on peut trouver de précieuses denrées allant des herbes médicinales qui guérissent le cancer aux pendentifs qui permettent un meilleur alignement des chakras, en passant par toutes sortes de remèdes plus miraculeux (et naturels, sans conservateurs) les uns que les autres. bref, il est impossible de ressortir de là sans être en parfaite harmonie avec soi-même (et donc avec le monde).

Que voir et que faire à Sedona en Arizona ?

Mais la raison principale qui fait de cette ville un bastion de ce courant spirituel ce sont les fameux Vortex (nom donné à certaines formations rocheuses supposées contenir une énergie spéciale) que l’on retrouve principalement à Airport Road. Si vous apercevez quelqu’un en train de faire le poirier devant une flèche rocheuse rouge et que vous ne ressentez pas l’énergie qui se dégage de l’un ou de l’autre (soit du rocher soit de l’acrobate…) vous pouvez retourner à la méditation car vous n’êtes pas encore prêt. Blague à part, d’ici, on peut également assister à de fabuleux couchers et levers du soleil.

Outre cette caractéristique assez singulière, Sedona est également célèbre pour la beauté de ses paysages, qui lui a d’ailleurs valut d’être une des zones de tournage privilégiées pour de nombreux westerns hollywoodiens. La ville est en effet entourée de formations rocheuses aux tons ocres qui contrastent avec le vert des nombreux arbres de la forêt nationale de Coconino, et cette association de couleurs donne à cet environnement un côté incroyablement photogénique.

Riche en reliefs, Sedona est aussi réputée pour être le point de départ de très nombreux sentiers de randonnées (près d’une centaine), bien souvent assez peu fréquentés, et on y trouve également quelques sites archéologiques. Avis aux amateurs, c’est aussi une région qu’il est particulièrement agréable de visiter en 4×4, de nombreuses agences vous proposent d’ailleurs d’aller sillonner les alentours, de Oak Creek Canyon à Broken Arrow à bord de véhicules tout terrain. Pour ceux qui visiteraient la région entre les mois de mai et d’octobre, il existe également un point où vous pouvez aller faire trempette au nord de la ville (et la météo en Arizona rend cette activité bien souvent très agréable) : Slide Rock State Park.

Dernière chose, car il faut aussi penser à garder du temps pour visiter les autres étapes, à moins de n’avoir vraiment pas de chance et de tomber sur un jour de grisaille, n’hésitez pas à sortir le soir pour observer le ciel étoilé, le spectacle est vraiment fabuleux.

Que voir et que faire à Phoenix en Arizona ?

On va probablement me dire que j’ai des préférences surprenantes, et je vous dirais… peut être. Car ce n’est pas pour les villes de San Francisco, New York, Miami ou encore Los Angeles que mon cœur palpite lorsque je me rends sur les terres du bien aimé oncle Sam, mais pour… Phoenix et son aire urbaine.Pourquoi me diriez-vous ? Car cette immense agglomération de plus de 4 millions d’âmes n’a, a priori, aucun charme : des grands axes routiers partout (la voiture est d’ailleurs vitale car il est très difficile de se rendre d’un point A à un point B sans véhicule (l’aire urbaine s’étend sur 80 km d’est en ouest et sur 60 km du nord au sud et  le réseau de transport en commun est quasi inexistant), peu d’attractions touristiques notables en dehors de quelques musées, une équipe de basket en perdition (snif) et une équipe de football à peine meilleure, qu’est ce qui, dans ce cocktail a priori plus effrayant que fantastique, peut bien susciter autre chose qu’un profond désintérêt ?

Pour commencer, le cadre. On est au cœur du désert de Sonora, le pays des cactus, des crotales, des coyotes, des roadrunners, des chiens de prairie, des scorpions, etc etc (toujours pas attractif me direz-vous ? Non, mais dépaysant oui). Je disais donc, une ville construite au cœur du désert avec au nord Phoenix Sonoran preserve, là où l’on retrouve toutes les charmantes espèces citées précédemment, au nord-est les McDowell Mountain Regional Park et sa flore exceptionnelle (bon ok, beaucoup de cactus, mais il existe tellement de variétés qu’on est forcément séduit), au sud on a les zones avec plus de reliefs, de Estrella Mountain Regional Park à San tan Mountain régional Park en passant par South Mountain Park, les amateurs de randonnées y trouveront leur compte.

Cet environnement déroutant, les espaces, l’architecture assez singulière des bâtiments et la vue sur ces montagnes aux teintes ocre qui entourent la ville sont un premier choc et un véritable dépaysement pour tout européen normalement constitué. Ajoutez à cela du soleil toute l’année (trop en été probablement), des habitants le plus souvent très sympathiques, la proximité de Saguaro national Park au sud-est, du grand Canyon au Nord, de Las Vegas au Nord-Ouest, et des côtes Californienne à l’ouest et l’on comprend pourquoi depuis 10 ans l’agglomération a vu sa population augmenter de 25%.