« Le basketball n’a pas été inventé par accident. Il s’est développé pour répondre à un besoin. »

Cette citation de James Naismith, ancien sportif et professeur de gymnastique de haut niveau, plus connu pour être celui qui a inventé le basketball en décembre 1891, prend tout son sens lorsque l’on se penche un peu sur l’importance qu’a pris ce sport dans la vie des américains depuis.

A cette époque, Naismith faisait seulement allusion au fait qu’en hiver, il était impossible de pratiquer de sports extérieurs comme le baseball ou le football américain dans de nombreux états, le basketball a avant tout été inventé pur permettre aux athlètes des universités de rester en bonne condition physique sans risque de blessures (d’où le peu de contacts autorisés encore aujourd’hui en comparaison de nombreux autres sports collectifs). En réalité, cette citation aurait probablement plus de sens aujourd’hui encore, tant sa facilité d’accès et son côté distractif semble correspondre aux attentes du public américain.

Moins complexe et plus dynamique que le football américain et moins soporifique que le baseball (désolé pour les amateurs mais franchement …), le basketball est en passe de devenir le sport favori des américains. Certes de nombreux enfants sont encore (plus ou moins contraints et forcés par l’ancienne génération) nombreux à pratiquer le baseball, mais il est évident qu’aujourd’hui la nouvelle génération est davantage captivée par les exploits de Stephen Curry et Lebron James que par ceux de Mike Trout ou Bryce Harper (qui ?).

Assister à un match de Basketball aux Etats Unis est un véritable show !

Si vous êtes habitués à la ferveur des stades de football européen et que vous souhaitez retrouver une ambiance similaire dans un stade de la ligue de basketball vous risquez peut être d’être légèrement déçus, même si les gens sont là pour supporter leur équipe ils sont avant tout là pour se divertir et assister à un beau spectacle. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils en ont pour leur argent, car ici on assiste avant tout à un show bien orchestré, où les temps morts (tous les temps morts ! Même ceux supposés stratégiques) sont rythmés tantôt par les danses endiablées des cheerleaders, tantôt par des représentations des « Harlem Globe Trotter » locaux, ou bien encore par de multiples animations qui permettent de gagner des lots, de s’afficher en train de danser ou d’embrasser son voisin. Difficile dans ces conditions de rester concentré sur le match et compliqué également de ressentir un semblant de tension. Cela doit être évidemment très différent lorsque l’on assiste à des matchs de playoff mais je n’ai pas encore eu cette chance.

Cela dit, je suis un peu mauvaise langue car, pour les amateurs de sports, les prouesses athlétiques que réalisent les joueurs durant la partie sont absolument exceptionnelles et le spectacle est avant tout sur le terrain. Même si là encore, il faut bien tomber… De ce côté-là j’ai été plutôt vernis pour mon premier match, un soir de 11 décembre 2013, à l’Oracle Arena, à une époque où les Golden States Warriors ne survolaient pas encore la ligue, et où Stephen Curry n’était pas encore considéré comme le meilleur joueur (donc où une époque où les places étaient à un prix abordables). Ce soir-là, les Golden States Warriors (l’équipe d’Oakland) de Stephen Curry et de Klay Thomson (aussi appelés les Splash Brothers en raison de leur adresse incroyable à 3 points) affrontaient les Dallas Maverick de Dirk Nowitsky et de Monta Ellis devant prêt de 16 000 spectateurs. Après avoir vu les Golden States Warriors courir après le score pendant tout le match, Stephen Curry, abandonné par un Klay Thomson maladroit comme jamais, inscrivait, après un dernier quart temps de feu, le tir de la victoire  à 2 secondes de la fin. Grandiose.

Mais tous les matchs ne se ressemblent pas… j’ai également assisté à l’humiliation des Phoenix Suns face aux Knicks de New York en mars 2016, et le moins que l’on puisse dire c’est que dans ce genre de match on est bien content d’avoir des interludes un peu plus animés.

Néanmoins, pour peu qu’on s’intéresse un minimum au sport, il est évident que ne pas assister à ce genre d’événement si l’on en l’opportunité serait regrettable. Attention cependant la saison régulière de la ligue se déroule seulement de la fin du mois d’octobre au début du mois d’avril, c’est la seule période durant laquelle vous pourrez prévoir à l’avance d’assister à ce type d’événement.

Pour connaitre tous les prochains matchs de Basketball aux Etats Unis, cliquez ici.