Le Yukon, à l’extrême nord du Canada https://www.travelyukon.com/fr, est le pays de la ruée vers l’or, des rivières tumultueuses, des grandes étendues sauvages, de Jack London, de l’aventure avec un grand A, et des aurores boréales…!

Ce phénomène m’a toujours fasciné, avoir l’opportunité d’en observer dans un décor comme celui du Yukon était une véritable chance impossible à manquer !

L’aurore se déclenche lorsque des particules chargées, dégagées par les vents solaires, entrent en collision avec les gaz situés dans la haute atmosphère terrestre. Le phénomène est observable à l’œil nu et se produit principalement dans les régions proches des pôles magnétiques, on parle d’aurore polaire pour l’hémisphère nord et d’aurore australe pour l’hémisphère sud. Ces collisions engendrent de minuscules éclats lumineux par milliards qui emplissent le ciel tour à tour, donnant une impression de mouvement ou que l’aurore « danse ».

La luminosité peut être très variable et le phénomène durer de quelques minutes à plusieurs heures. La période idéale pour les observer s’étale du début de l’automne à la fin de l’hiver, c’est-à-dire ici de septembre à mai, les nuits étant bien plus longues sous ces latitudes, les chances d’en observer sont décuplées.

Ma chasse aux aurores boréales

Les aurores boréales ne peuvent se chasser qu’à la nuit tombée. Certains bulletins météo locaux annoncent le degré d’intensité évalué, plus la note est élevée, plus le phénomène sera intense. Les conditions étant aujourd’hui réunies, un rendez-vous nous est fixé dans le centre-ville de Whitehorse pour un transfert d’environ 30 minutes en dehors de la ville et de ses pollutions lumineuses.

Bien protégé du froid, les batteries de l’appareil photo chargées, le 4×4 s’engage sur des pistes et s’enfonce petit à petit dans une épaisse forêt jusqu’à atteindre une clairière entièrement ouverte sur le ciel. Les aurores ne sont pas encore apparues mais le spectacle est déjà grandiose, le ciel est entièrement dégagé, tapissé par la voie lactée et d’innombrables étoiles.

Une yourte et un tipi sont installés, un feu crépite à l’intérieur et des boissons chaudes sont à disposition. Il est 2h du matin, et même en plein été, les températures restent très fraîches, mais le ciel est dégagé et les conditions sont optimales pour l’observation.

Il faut parfois s’armer de patience pour observer ce phénomène, et comme dans toutes chasses les aurores ne se laissent pas saisir facilement. Un trépied robuste et un déclencheur sont nécessaires pour empêcher toute vibration de l’appareil qui devra idéalement disposer d’un objectif grand angle et dont la durée d’exposition devra être soigneusement réglée… Mais dès que l’on distingue les premières aurores boréales danser, puis s’intensifier, jusqu’à transformer le ciel en un océan vert émeraude, les mots manquent pour décrire ce spectacle naturel extraordinaire..!

Pour un premier avant-goût, rendez vous sur AuroraMax, de l’agence spatiale canadienne qui diffuse régulièrement via plusieurs webcams les aurores boréales de Yellowknife en direct.

http://enforme.asc-csa.gc.ca/fra/astronomie/auroramax/

Aurores boréales sur le Yukon