Navajo, Apache, Siou, ... les tribus amérindiennes au cœur de la légende du Grand Ouest

Nous sommes nombreux à avoir découvert les États-Unis par le biais de livres, de musiques, de films ou de séries. La culture américaine est omniprésente partout dans le monde et c’est par ce biais que c’est construit notre imaginaire autours de ce pays si fascinant. Quand on évoque l’Ouest Américain, on a (pour beaucoup), des images et des souvenirs qui nous viennent à l’esprit : 

Les Bandes dessinées, et notamment Lucky Luke, de loin le plus populaire par chez nous. Mais aussi Blueberry, Comanche ou encore Jerry Spring et Buddy Longway.

Les Western, particulièrement ceux de John Ford, puis de Sergio Leone (tournés en partie en Espagne), qui ont marqués des générations de cinéphiles. 

Les séries, comme les mystères de l’Ouest de Michael Garrison à la fin des années 60, ou Deadwood de David Milch au début des années 2000. 

Il existe des centaines d’exemples d’œuvres qui ont contribuées à véhiculer dans le monde entier la légende de l’Ouest Américain. Dans une majorité de ces œuvres, on retrouve souvent les mêmes protagonistes, à savoir, bien évidemment les Cow boy, mais aussi les Amérindiens (ou natifs-américains). Il est donc naturel qu’en organisant un voyage dans l’Ouest Américain, une étape à la découverte du patrimoine amérindien, ou la visite d’une « réserve indienne », semble absolument incontournable.

Lucky Luke - Morris - Monument Valley
Lucky Luke - Bande dessinée Belge - Illustrateur : Morris
Pourquoi cet article ?

L’objet de cet article n’est pas de faire une présentation pointue de la civilisation amérindienne et de son histoire, ô combien complexe. Néanmoins, une courte explication s’impose pour mieux comprendre ce que l’on peut découvrir dans les réserves amérindiennes lorsque l’on visite l’Ouest Américain. Nous préférons par avance vous prévenir, les amérindiens que l’on croise aujourd’hui aux Etats-Unis ne sont pas exactement ceux que vous avez connu en visionnant des Western ou en lisant des bandes-dessinées. Et si il leur arrive de revêtir leurs habits traditionnels pour quelques cérémonies tribales ou lors de spectacles destinés à divertir les touristes, le temps où les Amérindiens vivaient dans des tipis et chassaient le bison est désormais révolu.

Si vous souhaitez réellement en apprendre davantage sur cette civilisation, il existe une excellente série de Podcast sur l’histoire des Indiens d’Amériques à découvrir sur le site de France Culture. Pour les plus curieux, je recommande la découverte des livres « Les Indiens d’Amérique du Nord – Les portofolios complets » de Edward S. Curtis ou « Les Indiens d’Amériques » de Peter Snow, Dan Snow et Jay Wertz.

Un peu d'histoire (et de géographie)

Les civilisations amérindiennes aux Etats-Unis (en quelques lignes)

Avant que l’explorateur Christophe Colomb ne débarque sur le continent pensant avoir découvert les Indes en 1492, on estime que les Amérindiens avaient déjà une histoire vieille de 40 000 ans, et qu’ils étaient environ 7 millions en Amériques du Nord à l’aube du XVIème siècle.

Au fil des siècles, le territoire des Etats-Unis a été occupé par plus d’un millier de tribus et groupes ethniques amérindiens. Parmi les noms de tribus les plus célèbres du Grand Ouest, on retrouvait : les Cheyennes, les Sioux, ou encore les Chinook dont les terres s’étendaient dans la moitié Nord du Minnesota jusqu’à l’Oregon. Dans la moitié Sud, les Apaches rassemblaient de multiples tribus et leur territoire longeait la frontière Mexicaine du Texas au sud de la Californie. Les Hopis, les Utes et les Navajos, occupaient plutôt le Nord de l’Arizona, du Nouveau Mexique, l’Utah et le sud du Colorado.

Avec l’arrivée des colons européens, les tribus ont été contraintes de céder des parties de leur territoire au fil des années. Au début du XIXème siècle, après de longues années d’affrontements, décimées par les maladies importées d’Europe et durement affectées par l’extermination des bisons qui leur permettaient de vivre, les tribus amérindiennes durent se résoudre à signer traités et accords, laissant ainsi les colons, principalement britanniques, conquérir l’Ouest du continent. Cette période marquera le début de la conquête de l’Ouest, avec l’arrivée du chemin de fer qui dévastera les territoires des indiens des plaines, et provoquera le déclin de la culture et de la population amérindienne.

En 1851, le congrès des Etats-Unis vota l’Indian Appropriations Act, une série de mesures qui visaient à encadrer la création des premières réserves indiennes dans l’Oklahoma. Aujourd’hui, il existe plus de 300 réserves indiennes aux Etats-Unis, présentes principalement à l’Ouest, et gérées par le bureau des affaires indiennes.

Dans cet article nous nous intéresserons au peuple Navajo, « Navajo Nation » étant aujourd’hui la plus grande réserve Amérindienne des États-Unis d’Amériques. C’est également celle où sont concentrés les sites les plus remarquables du patrimoine culturel et naturel amérindien du pays. La réserve est donc une destination incontournable pour la plupart de voyageurs.

Navajo Nation, la plus grande réserve amérindienne des Etats-Unis

Au croisement de l’Arizona, de l’Utah, du Nouveau-Mexique et du Colorado, la Nation Navajo s’étend sur 71 000 km². Cela équivaut à quelque chose près à la superficie de l’Ecosse. C’est un territoire semi-autonome, qui dispose notamment de son propre système policier et judiciaire, ce qui en fait l’un des gouvernements tribaux les plus importants d’Amérique du Nord.

Après avoir été en conflit avec les colons espagnols venus du Mexique au milieu du XIXeme siècle, les Navajos ont été en conflit avec le gouvernement fédéral jusqu’au traité de Bosque Redondo, signé le 1er juin 1868. La réserve a ensuite réussi à se faire une place dans l’économie américaine, grâce à une population croissante et à l’annexion de terres supplémentaires. Mais des problèmes d’érosions du sol freineront considérablement l’expansion de la réserve, dont l’économie était initialement basée sur l’élevage de moutons, de bovins et de chevaux. Malgré le départ d’une partie de la population lors de la seconde guerre mondiale, l’accroissement démographique de la réserve au XXème siècle (estimée à près de 175 000 habitants en 2018), demeure difficilement compatible avec leur système économique traditionnel. 

Depuis des années, la réserve fait face à des problèmes persistants de pauvreté, d’accès à l’eau courante, une pénurie de logement ou l’absence d’électricité dans de nombreux logements.

Aujourd’hui, bien que l’élevage et l’exploitation du pétrole et du gaz persistent, le tourisme est devenu l’une des principales sources de revenus de la réserve, et rien de surprenant à cela !

Navajo Nation

L'importance du tourisme pour l'économie de Navajo Nation

Un territoire au patrimoine naturel exceptionnel

Si Navajo Nation est l’une des réserves indiennes les plus célèbres au monde, c’est avant tout grâce aux sites qu’elle abrite, devenus de véritables symboles de la culture amérindienne. Ces parcs et sites n’appartenant pas au gouvernement fédéral, il faudra pour la plupart payer un droit d’entrée et une taxe Navajo, même si vous possédez déjà un pass pour les parcs nationaux. On trouve des sites dans l’Utah, l’Arizona et le Nouveau-Mexique.

 

Utah – Monument Valley, le plus célèbre

Si vous avez déjà feuilleté un document quelconque au sujet de l’Ouest des Etats-Unis, ou si vous avez déjà regardé un western, ce paysage vous sera forcément familier car c’est sans doute le paysage le plus célèbre de tout l’Ouest des Etats-Unis. Monument Valley est le symbole des grands espaces Américain. La route sans fin que l’on emprunte avec les immenses buttes se dessinant à l’horizon est pour beaucoup de voyageurs, un des moments phares du périple. Ce site est sacré pour les Navajos, et certaines zones du parc ne sont accessibles qu’en étant accompagnés. Bien sur, Les Navajos proposent des visites en 4×4 pour en apprendre davantage sur ce que ce territoire représente pour leur tribu.

 

Pour en savoir plus, consultez notre article : Monument Valley

Utah - Monument Valley Road
Utah - Monument Valley
Arizona – Antelope Canyon, l’un des plus spectaculaires

Après Monument Valley, Antelope Canyon est l’autre site le plus visité de Navajo Nation. Il s’agit d’un Slot Canyon, qui a été formé par le ruissellement de l’eau à travers la roche. La particularité de ces canyons est qu’ils sont étroits et beaucoup plus profond que large. Bien qu’il existe beaucoup de Slot Canyons dans le sud-ouest des Etats-Unis, en particulier en Utah, les couleurs et les jeux de lumières que l’on trouve à Antelope Canyon sont parmi les plus exceptionnels. Le fait que le site soit très facilement accessible contribue beaucoup à son succès et il est possible de visiter la partie Upper et la partie Lower d’Antelope Canyon. Attention, la visite d’Antelope Canyon n’est pas libre, il faut payer des droits d’entrée et l’accès au site n’est possible qu’en présence d’un guide Navajo.

Arizona - Antelope Canyon - Navajo Nation
Utah - Antelope Canyon
Arizona – Canyon de Chelly, héritage des Anasazis

Bien qu’en territoire Navajo, le Canyon de Chelly était à l’origine occupé par les Anasazis, une civilisation amérindienne qui vivaient au Colorado, en Utah, au Nouveau-Mexique et en Arizona jusqu’au XIIIème siècle. Outre ses paysages à couper le souffle, l’intérêt de ce parc s’étendant sur 40km et classé Monument National, réside dans la découverte des ruines des anciens villages Anasazis. Le site étant toujours habité par les Navajos, seule une petite partie du parc est libre d’accès. Mais il est possible de visiter le canyon en compagnie de guides Navajos (à cheval, à pied ou en 4×4).

New-Mexico - Navajo Nation
Arizona - Canyon de Chelly
New-Mexico - Canyon de Chelly - White House - Navajo Nation
Arizona – Navajo National Monument, pour une courte halte

Situé sur la route qui conduit du Grand Canyon ou de Page à Monument Valley (ou inversement), Navajo National Monument est un petit parc qui peut justifier une courte halte si le timing le permet. Le site abrite des villages Anasazis du XIIIème siècle, parfaitement conservés, que l’on peut apercevoir facilement en empruntant le Sandal Trail, un petit sentier de 3km environ (Aller-retour). Sur réservation, de fin mai à début septembre, il est également possible de participer à des randonnées guidées pour découvrir les ruines de Betatakin et de Keel Steel, situées au fond du canyon.

Navajo National Monument - Arizona - Navajo Nation
Arizona - Navajo National Monument
Nouveau Mexique – Bisti Badlands, lunaire et sauvage

Bisti Badlands, ou Bisti De-Na-Zin, est une zone sauvage qui s’étend sur près de 182km². Bien qu’encore assez méconnu, c’est probablement l’un des sites les plus spectaculaires du Nouveau Mexique. Divisée en 2 parties, Bisti Wilderness à l’Ouest et De-Na-Zin Wilderness à l’Est, la zone abrite des paysages lunaires et désertiques incroyables et une diversité géologique d’exception façonnée par l’eau et le vent au fil des siècles. Mais pour observer Hoodoos, roches sculptées, arches, buches de bois pétrifiées et autres curiosités géologiques de la zone, un minimum de préparation s’impose. Ici, pas de visitor center ou de sentiers définis, un bon GPS de randonnée avec géolocalisation est fortement recommandé.

 

 

 

Voir aussi : Colorado et Nouveau-Mexique, l’autre Ouest Américain.

BISTI DE NA ZIN VOYAGE
Nouveau-Mexique - Bisti Badlands
BISTI DE NA ZIN - PAYSAGE
Nouveau Mexique – Shiprock Peak, le légendaire

Cet impressionnant Neck de 550m de haut, baptisé « rocher ailé », est un site sacré pour les indiens Navajos. Il existe de nombreuses légendes au sujet de ce rocher, et il est difficile de savoir aujourd’hui laquelle est réellement à l’origine de ce surnom. Selon l’une d’elles, cette roche était par le passé un immense oiseau qui serait venu sauver les ancêtres Navajos et les aurait conduits sur leurs terres. Alors qu’ils affrontaient une autre tribu et que leurs shamans imploraient le grand esprit de leur venir en aide, la terre se serait soulevée sous leurs pieds avant de se transformer en oiseau, et les aurait amenés jusqu’au lieu où se trouve Shiprock. Du fait de son caractère sacré, il est interdit de grimper le rocher depuis 1970. L’accès au site se fait via une piste relativement praticable par temps sec.

 

Voir aussi : Colorado et Nouveau-Mexique, l’autre Ouest Américain.

SHIPROCK - PAYSAGE
Nouveau-Mexique - Shiprock

Four corner Navajo tribal Park, au carrefour des Etats

Si le site en lui-même n’a rien d’impressionnant d’un point de vue visuel, c’est néanmoins le seul endroit aux Etats-Unis où 4 Etats se rencontrent, l’Arizona, l’Utah, le Colorado et le Nouveau Mexique. Les parties de l’Arizona, de l’Utah et du Nouveau-Mexique sont situés dans Navajo Nation, mais celle du Colorado est dans une réserve Ute.  Le Four Corners Monument marque le quadripoint et se prendre en photo à l’intersection des 4 Etats est assez populaire aux Etats-Unis.

Four Corner - Navajo Nation
Four Corner - Navajo Nation

Navajo Nation abrite  une multitude de sites à découvrir, et il est difficile de tous les présenter ici. Cependant, pour les voyageurs qui souhaiteraient vraiment découvrir de façon approfondie le patrimoine de la réserve il est possible d’ajouter au programme :  

Au Nouveau-Mexique : Chaco Culture National Historical Park et Church Rock ; en Arizona, Window Rock Tribal Park & Veteran’s Memorial, White Mesa Arch, Coal Mine Canyon ou encore Dinosaur Tracks.

Arizona - Dinosaur Tracks - Navajo Nation
Arizona - Dinosaur Tracks
Coal Mine Canyon - Arizona - Navajo Nation
Coal Mine Canyon
Window Rock Tribal Park & Veteran’s Memorial - Arizona - Navajo Nation
Nouveau-Mexique - Window Rock Tribal Park
Chaco Cultural - New-Mexico - Navajo Nation
Chaco Culture National Historical Park

Une situation idéale, à proximité des plus célèbres parcs de l’Ouest Américain

Si Navajo Nation abrite des sites spectaculaires à l’intérieur même de son territoire, elle bénéficie d’une situation géographique de choix, à proximité immédiate de nombreux parcs nationaux et sites naturels d’exception de l’Ouest Américain.

Le plus célèbre étant bien évidemment Grand Canyon National Park, situé à seulement quelques dizaines de kilomètre de la réserve. Parmi les autres incontournables, on notera également Canyonland National Park, Mesa Verde National Park, le Lac Powell (Glenn Canyon National Recreation Area), Vermillion Cliff National Monument et Petrified Forest National Park & Painted Desert.

 

Trop souvent limité à la seule découverte de Monument Valley et d’Antelope Canyon, Navajo Nation est un territoire qui mérite d’être découvert de façon plus approfondie pour celles et ceux qui souhaiteraient voir plus loin que la seule beauté des paysages. En apprendre davantage sur l’une des tribus amérindiennes la plus présente aujourd’hui aux Etats-Unis, découvrir son artisanat, ses légendes, ses sites et sa culture, c’est donner une dimension plus mystique à la découverte de ces fabuleux paysages, qui, au-delà de leur beauté, racontent aussi une histoire.

Quelques idées d'itinéraire :

Arches National Park
Offre voyage

Best of Canyons

AUTOTOUR GRAND FORMAT Un voyage au coeur de l’Ouest, à la découverte des merveilles naturelles de la région des canyons. Les amateurs de beaux paysages et de photographie s’en délecteront ! Le Best of Canyons

Voir l'offre »
COLORADO ET NOUVEAU-MEXIQUE
Offre voyage

Colorado et Nouveau-Mexique

AUTOTOUR GRAND FORMAT Vous avez déjà découverte les parcs de l’Utah et de l’Arizona et vous souhaitez revivre une épopée dans les grands espaces de l’Ouest- Américain ? C’est évidemment possible dans de nombreuses régions,

Voir l'offre »

Vous souhaitez recevoir de la documentation et en apprendre davantage sur Navajo Nation ? Rendez-vous sur le site Discover Navajo !